La fin annoncée du secteur de la distribution ?

This post is also available in: enEnglish itItaliano

Une tendance émerge clairement parmi les consommateurs qui sont de plus en plus nombreux à préférer les expériences aux possessions matérielles. Or, cette tendance commence à avoir un impact sur la performance de certains secteurs. Plusieurs marques connues du secteur de la distribution en ont récemment fait les frais au Royaume-Uni et ont été placées en redressement judiciaire. D’autres acteurs ont été contraints de demander l’ouverture d’une procédure de sauvegarde (Company Voluntary Agreement) en vue de négocier des accords avec leurs créanciers et de tenter d’obtenir des conditions de bail plus favorables sur leurs points de vente.

Le secteur de la restauration n’a pas été épargné par la baisse des dépenses de consommation discrétionnaire. Bien que la croissance affichée par le secteur dans son ensemble puisse sembler quelque peu contre-intuitive face aux nouvelles qui ont fait la une ces derniers mois, il convient de souligner que ce sont essentiellement les chaînes de restaurants qui s’adressent à la classe moyenne qui ont été les plus affectées. Nous observons un intérêt grandissant de la part des consommateurs pour une alimentation plus saine et une restauration plus informelle ou expérimentale ainsi qu’une attention accrue à l’origine et au caractère durable des aliments.

Ces tendances ne concernent pas uniquement le Royaume-Uni et se manifestent également dans d’autres régions, notamment dans le secteur du prêt-à-porter et de la chaussure aux États-Unis qui montre des signes de faiblesse. Selon nous, cette évolution devrait se concrétiser dans différents pays à un rythme distinct, mais pour le moment la préférence pour les expériences par rapport aux biens matériels reste clairement un phénomène propre au monde développé.

Anna Martinez, équipe de gestion obligataire de Newton – société de gestion de BNY Mellon

  • Download
  • Print
Les commentaires sont fermés.